Ici Dakar !

16 mars 2010

Ici Dakar ! continue ailleurs...

Pour retrouver le blog en live, c'est ici !

à très vite

Posté par tristan calas à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2009

#6 : Carlou D à l'Opéra du Sahel !

DSCN5942

La dernière étape de cette saison de Hip Hop nous amène au Théâtre National Daniel Sorano, lieu mémoire de la politique culturelle de Léopold Sédar Senghor. Il accueillait pendant deux soirées l'Opéra du Sahel, un projet culturel itinérant en Afrique de l'Ouest et en Europe. Le pitch de Bintou Wéré (le nom de cet opéra) c'est l'histoire tragique d'un groupe de jeunes ouest africains qui cherchent à atteindre l'Europe.

Quel rapport avec le Hip Hop ? Le rôle de Diallo, le passeur des ces migrants d'infortune (le grand au centre en blanc et avec la pipe) est joué par Carlou D. Carlou D, c'est l'ancien danseur des Positive Black Soul devenu rappeur solo iconoclaste, mélangeant le chant, l'ode religieuse (il est Baye Fall, talibé de Cheikh Ibrahima Fall, héritier d'Issa, donc de Jésus, une branche de la puissante confrérie mouride), la kora ou la guitare, le tout appuyé par une voix de ténor. Voix qui habite lors de cet opéra la grande salle de Sorano.

Si vous avez raté les représentations de l'Opéra du Sahel au théâtre du Chatelet, c'est ici pour en savoir plus. Sinon, avant de vous laisser sur une vue d'ensemble du deuxième tableau avec ces échelles qui servent à franchir la frontière à Ceuta et Melila mais aussi de brancard pour transporter ceux qui y périssent. Une image où l'on voit Carlou D jouant le passeur qui réclame l'argent aux migrants (et non, comme je le croyais au départ, en mendiant qui demande l'aumône, vu que l'opéra était en bambara et wolof et que les sous titres avaient été oubliées...).

DSCN5949

Et pour découvrir Carlou D tout seul qui chante son amour de son pays, c'est ici !!

A bientôt

Posté par tristan calas à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

26 novembre 2009

#5 : Fou Malade au just 4 You

DSCN5871

La première fois où j'ai entendu parler de notre rappeur du jour, c'était en réunion avec un client où l'on discutait de sponsoriser du hip hop. Fou Malade était qualifié d'être le seul capable à faire rimer le wolof, prouesse linguistique. Fou Malade c'est LE rappeur de la banlieue de Dakar qui, paradoxalement, a enregistré son album dans le 16e arrondissement de Paris...

Il m'avait dit il y a quelques mois que son rap était une satire sociale mais qu'il aspirait également à être un entrepreneur du hip hop, sur le modèle des stars américaines... ou peut-être comme Didier Awadi avec le studio Sankara.

Pour découvrir une partie de son univers, regarde le clip Miss Tchip Tchip (cagole en wolof).

Lors de ce passage au Just 4 You pour l'anniversaire de Duggy Tee, il mobilisait pour les banlieues inondées. Dakar s'étant étendu pendant la grande sécheresse des années 70, les banlieues se sont bâties sur des anciens marécages. Le retour des hivernages pluvieux a fait reprendre ses droits aux marais, plongeant des quartiers entiers sous les eaux.

Quelques images de ces inondations :

inondation  A Saint Louis

wade_inondation Une belle image de communication politique : le Président Wade traversant Pikine (la grande ville de banlieue) sous les eaux à son retour de séjour en Europe l'année dernière (c'est mon 2e hivernage, eh oui, le temps passe vite !)

Posté par tristan calas à 08:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2009

#4 : Chronik 2H

DSCN5736

Le duo des Chronik 2H est à l'image du cosmopolitisme dakarois : K-Id (à droite) est d'origine libanaise et Rozo capverdienne. Ils sont nominés aux Kora Award, les victoires de la Musique Africaines.

A l'origine producteur son, K-Id est réalisateur. Le clip porno chic de Nix qui marque l'irruption du bling bling dans le rap sénégalais est de lui.

Et pour en regarder un morceau plus "rap conscient" des Chronik, c'est ici.

Posté par tristan calas à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2009

#3 : Canabasse en promo au Terrasse Bi

DSCN5740

Canabasse, rappeur génération you tube, style bling bling, était venu faire la promo de son nouvel album avec son crew. L'occasion d'un duo avec Ndongo D qui l'a produit via le label Bois Sakré.

Comme ailleurs, le rap sénégalais est aujourd'hui conduit par les différentes structures crées par les pionniers. A chaque concert des papas du hip hop dakarois, le micro passe entre les différents jeunes poulains qui en un morceau parviennent à faire oublier les glorieux anciens !

Posté par tristan calas à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

#2 bis : Daara J Family au Terrasse Bi !

DSCN5708

Pour l'anniversaire de mon coloc Aymeric, la Radio Télé Sénégalaise était venue filmer la prestation de DJ RimK (caché par la caméra) et les Daara J family.

L'occasion d'un live sur la terrasse de la maison !

Posté par tristan calas à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2009

Une saison de rap #2 : la Daara J Family à la Villa Krystal

(pour les liens, faites ctrl + clic ou pomme + clic pour ouvrir les clips dans d'autres onglets et continuer votre lecture en musique & images...)

DSCN5641

Dans les mêmes années de l'éclosion des Positive Black Soul à Dakar, apparait Daara J (école de la vie), un trio de Colobane (quartier populaire entre la Médina et la zone industrielle).

Deux groupes majeurs du rap sénégalais, deux trajectoires divergentes, dès le départ.

Découverts par MC Solaar, les PBS participent à l'enregistrement de Dakar 1992, une cassette produite par le Centre Culturel Français qui réunit de prometteurs artistes  sénégalais, notamment un certain Youssou Ndour... Les deux artistes, Awadi et Duggy Tee, deviennent par la suite animateurs d'émission radio et télé, signeront dans une Major, fêteront même leur anniversaire dans une villa présidentielle... Des débuts très show biz (à relativiser quand même, voir ici)  qui leur ouvre paradoxalement la porte pour diffuser leur idéal panafricaniste, d'incarner partout en tournée ou dans les médias la figure du jeune ouest africain qui refuse la corruption des politiques et le fatalisme ambiant.

Retour à Daara J.

Formés au début des 90', le trio est d'abord connu de la scène dakaroise avant de se propager dans les pays voisins. C'est en 2003, après 3 albums internationaux (dont le dernier Boomerang avec pleins de représentants de la world music invités, passage obligé de tout artiste africain, ndlr) qu'ils reçoivent le prix de la BBC et tournent encore davantage en Europe, au Japon...

Un groupe fusion, entre le ragga de la voix rauque de Lord Aladji Man (qui n'est plus dans le groupe désormais), le phrasé d'esthète hip hop, spécialité de Ndongo D (à gauche, avec la casquette sur la photo), et le lyrisme de Fadda Freddy (à droite), leur rap s'accompagne de rythme salsa (qui a eu son heure de gloire dans les seventies à Dakar) et de pas mal d'autre style. Style vestimentaire également avec comme costumes de scènes des habits traditionnels réinventés,
daara_j_b_Dscn2401
style religieux aussi avec des ôdes à Allah ou à Baye Niasse, fondateur de la confrérie des Niassènes.
ndoye89_vip_blog_com_962114beug_vip_blog_com_508310baye (c'est lui)

Un groupe surtout ultra énergique sur scène (même dans l'intimiste Villa Krystal), avec un message tout aussi social (les immigrés, la galère au quotidien, le quotidien tout court) mais moins vindicatif...

Je vous laisse avec leur dernier single, Tomorrow. Et pour la version longue, tranche de vie d'un vendeur de charbon banlieusard, c'est ici.

A bientôt !

Posté par tristan calas à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :